L'annuaire des Casinos sur annuaire-casino.com

Le Lexique des Casinos


ABATTEMENT :
Le barème progressif du prélèvement fiscal (cf. les prélèvements fiscaux) s'appliquent sur une assiette réduite, soit le produit brut des jeux diminué d'un abattement de 25%.
APPEL D'OFFRES :
La municipalité délivre une concession d'exploitation à un établissement après respect de la procédure d'appel d'offres introduite par la loi n° 93-122 du 29 janvier 1993, dite " loi Sapin ".
AUTRES ACTIVITES :
Outre ses activités de jeu (cf. Machines à sous et Jeux traditionnels), le Groupe Partouche réalise le reste de son chiffre d'affaires dans l'hôtellerie et la restauration, qui sont considérées comme des activités complémentaires et un moyen privilégié d'offrir à la clientèle les meilleurs conditions d'accueil et d'hospitalité, qui contribuent ainsi à sa fidélisation.
AUTORISATIONS D'OUVERTURE :
Les autorisations d'ouverture sont accordées par le ministre de l'Intérieur avec avis conforme du conseil municipal de la commune d'exploitation, après une enquête et en fonction d'un cahier des charges établi par la municipalité ; celle-ci délivre une concession d'exploitation à un établissement après respect de la procédure d'appel d'offres introduite par la loi n° 93-122 du 29 janvier 1993, dite " loi Sapin ".
Une commission nationale des jeux, composée de hauts fonctionnaires (14) et d'élus (5), est chargée d'examiner les demandes d'autorisation et de renouvellement de jeux.
Un arrêté du ministère de l'intérieur fixe la durée de la concession , les jeux autorisés et les conditions d'exploitation du casino.
Une autorisation peut être révoquée par le ministère de l'intérieur en cas de non-respect du cahier des charges ou des dispositions de l'arrêté.
Les casinos ayant obtenu une autorisation doivent avoir un directeur et un comité de direction, qui sont responsables à titre personnel du respect de la réglementation et des stipulations du cahier des charges.
Le directeur responsable et les membres du comité de direction doivent être, au préalable, agréés par le ministère de l'Intérieur. En cas de retrait de cet agrément, ils ne peuvent plus poursuivre leurs activités. Un agrément est également donné pour l'embauche de l'ensemble du personnel des jeux, dont les membres doivent être titulaires d'une carte professionnelle.
AUTORITE DE TUTELLE :
Ministère de l'Intérieur : il donne les autorisations d'exploitation, dont celles concernant les machines à sous, les agréments relatifs au directeur et au personnel.
Service des Courses et Jeux : rattaché aux renseignements généraux, il assure principalement le contrôle des casinos et veille au bon respect de la réglementation.

DROIT DE TIMBRE :
Perçu au profit de l'Etat à l'entrée de la salle des jeux traditionnels, il s'élève à 10 €.

GLISSEMENT :
Les casinos bénéficient, pour les machines à sous, du phénomène du "glissement". En effet, le prélèvement de l'Etat est calculé à partir du montant théorique que doit redistribuer la machine. Dans la pratique, la machine effectue une redistribution réelle légèrement inférieure à ce montant théorique, étant donné que les joueurs ne misent pas le maximum de pièces à chaque coup (paramètre pris en compte dans le calcul des taux de redistribution théorique).
La différence entre le montant théorique et le montant réel est appelé "glissement" ; plafonné à 15% du PBJ réel des machines à sous, il ne subit pas le prélèvement, reste donc acquis en totalité pour le casino et soumis à l'impôt sur le bénéfice des sociétés.
(cf. Produit brut des jeux pour plus d'informations)

LES JEUX TRADITIONNELS :
Ils comprennent la roulette française, les roulettes anglaise et américaine, le black-jack, le baccara - chemin de fer, le trente et quarante (jeux de cartes)-, le craps (jeu de dés), la boule, le stud-poker de casino et le punto banco.

MACHINES A SOUS :
Les machines à sous sont définies par la loi comme des appareils automatiques de jeux de hasard entrant dans les catégories dites " machines à rouleaux " et " jeux vidéo ".
Le Groupe dispose d'un parc important de machines à sous.
LE METIER :
EN FRANCE, LES JEUX AUTORISES SONT LES SUIVANTS :

LES JEUX DE TABLE ou JEUX TRADITIONNELS:
La roulette française, les roulettes anglaises et américaine, le black-jack, le baccara - chemin de fer et le trente et quarante (jeux de cartes)-, le craps (jeu de dés), la boule, le stud-poker de casino et le punto banco.

LES JEUX AUTOMATIQUES ou MACHINES A SOUS:
Les machines à sous sont définies par la loi comme des appareils automatiques de jeux de hasard entrant dans les catégories dites "machines à rouleaux" et "jeux vidéo".
Le Groupe dispose d'un parc important de machines à sous.

AUTRES ACTIVITES :

Outre ses activités de jeu, le Groupe Partouche réalise le reste de son chiffre d'affaires dans l'hôtellerie et la restauration, qui sont considérées comme des activités complémentaires et un moyen privilégié d'offrir à la clientèle les meilleurs conditions d'accueil et d'hospitalité, qui contribuent ainsi à sa fidélisation.


LES PRELEVEMENTS FISCAUX
Le tarif du prélèvement progressif sur le produit brut des jeux dans les casinos est le suivant :
Produit brut des jeux
10% Jusqu'à 58 000 €
15% de 58 001 € à 114 000 €
25% de 114 001 € à 338 000 €
35% de 338 001 € à 629 000 €
45% de 629 001 € à 1 048 000 €
55% de 1 048 001 € à 3 144 000 €
60% de 3 144 001 € à 5 240 000 €
65% de 5 240 001 € à 7 337 000 €
70% de 7 337 001 € à 9 443 000 €
80% au-delà de 9 443 000 €

Ce barème progressif s'applique après abattement de 25% sur l'assiette du produit brut des jeux retenue selon le mode de calcul en vigueur.
Les communes perçoivent un taux maximal de prélèvements de 15% sur la même assiette que le prélèvement de l'état et de la commune s'imputant, le cas échéant, sur celle de l'Etat.
A cela s'ajoute un prélèvement fixe de 0,5% au premier franc sur les jeux de table et de 2% sur le produit des machines à sous.
En 1996 a été mise à la charge des casinos la contribution en remboursement de la dette sociale (dite CRDS) de 3% sur le produit brut des jeux, suivie, en 1997, par la contribution sociale généralisée (dite CSG), égale à 3,40% sur le produit brut des jeux des machines à sous. Cette CSG est portée, depuis janvier 1998 à 7,5% et calculée désormais sur une assiette réduite à 68% du produit brut des jeux des machines à sous.

LE PRODUIT BRUT DES JEUX (PBJ) :

Produit Brut des Jeux Il comprend le produit des jeux traditionnels et des machines à sous.
-
Prélèvements (Etat, Commune ...) Fixes ou variables, ils sont à destination de l'Etat et des Communes.
=
Produit Net des Jeux Cette notion représente la somme du PBJ Théorique + le Glissement, soit la différence entre les gains et les pertes des joueurs moins les prélèvements.

PRELEVEMENT A EMPLOYER :
Le prélèvement à employer correspond aux recettes supplémentaires dégagées au profit des casinos par l'application du nouveau barème de prélèvement progressif (27 novembre 1986) qui doivent être consacrées à la concurrence de 50% à des travaux d'investissement destinés à l'amélioration de l'équipement touristique dans les conditions fixées par décret.


REFORME DE LA TAXATION
Suite au décret paru au Journal Officiel du 16 avril 2002 portant modification de la réglementation des jeux dans les casinos, la base de prélèvement pour les machines à sous est modifiée et ce avec prise d'effet au 1er mai 2002.
Les machines à sous ont une obligation d'un taux de redistribution théorique légal de 85 % minimum . Au sein de Groupe Partouche, ce taux est voisin de 95%. Dans la pratique la machine effectue une redistribution réelle inférieure à ce montant théorique . La différence entre le montant théorique et le montant réel est appelé " glissement ". Ce dernier montant ne subissait auparavant pas le prélèvement .
L'évolution de la taxation introduit le changement suivant : le glissement est plafonné à 15 % du Produit Brut des Jeux .Le taux moyen de glissement mesuré chez Groupe Partouche étant supérieur à 15 %, il en résulte donc une augmentation de l'assiette de prélèvement et partant une réduction du chiffre d'affaires net.
LA REGLEMENTATION DES CASINOS
En France, la tenue d'une maison de jeux de hasard est soumise à un régime d'interdiction, sous peine des sanctions pénales de l'article 410 de l'ancien Code pénal. La loi du 15 juin 1907, par dérogation à cette prohibition, autorise l'ouverture des casinos dans les stations balnéaires, thermales ou climatiques.
La loi n° 88-13 du 5 janvier 1988 étend cette autorisation aux villes principales d'une agglomération de plus de 500 000 habitants ayant des activités touristiques et culturelles particulières.
Les autorisations d'ouverture sont accordées par le ministre de l'Intérieur avec avis conforme du conseil municipal de la commune d'exploitation, après une enquête et en fonction d'un cahier des charges établi par la municipalité ; celle-ci délivre une concession d'exploitation à un établissement après respect de la procédure d'appel d'offres introduite par la loi n° 93-122 du 29 janvier 1993, dite "loi Sapin".
Une commission nationale des jeux, composée de hauts fonctionnaires (14) et d'élus (5), est chargée d'examiner les demandes d'autorisation et de renouvellement de jeux.
Un arrêté du ministère de l'intérieur fixe la durée de la concession , les jeux autorisés et les conditions d'exploitation du casino.
Une autorisation peut être révoquée par le ministère de l'intérieur en cas de non-respect du cahier des charges ou des dispositions de l'arrêté.
Les casinos ayant obtenu une autorisation doivent avoir un directeur et un comité de direction, qui sont responsables à titre personnel du respect de la réglementation et des stipulations du cahier des charges.
Le directeur responsable et les membres du comité de direction doivent être, au préalable, agréés par le ministère de l'Intérieur. En cas de retrait de cet agrément, ils ne peuvent plus poursuivre leurs activités. Un agrément est également donné pour l'embauche de l'ensemble du personnel des jeux, dont les membres doivent être titulaires d'une carte professionnelle.
Chaque jeu fait l'objet d'une réglementation très précise.

TAUX DE REDISTRIBUTION :
Les machines à sous sont paramétrées pour reverser à la clientèle un pourcentage des mises effectuées. Ce pourcentage est appelé taux de redistribution. L'obligation légale est de 85% minimum. Au sein du Groupe Partouche ce taux est voisin de 95%.
TVA :
Les jeux, qui constituent l'essentiel de l'activité du Groupe Partouche SA, ne sont pas soumis à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).


Tous droits réservés © Copyright 2001, Groupe Partouche, Paris, France.

Localisez votre ville dans un département :

 Alsace

Bas-Rhin Haut-Rhin

 Aquitaine

Dordogne Gironde Landes Lot-et-Garonne Pyrénées-Atlantiques

 Auvergne

Allier Cantal Haute-Loire Puy-de-Dôme

 Bourgogne

Côte-d'Or Nièvre Saône-et-Loire Yonne

 Bretagne

Côtes d'Armor Finistère Ille-et-Vilaine Morbihan

 Centre

Cher Eure-et-Loir Indre Indre-et-Loire Loir-et-Cher Loiret

 Champagne-Ardenne

Ardennes Aube Haute-Marne Marne

 Corse

Corse-du-Sud Haute-Corse

 Franche-Comté

Doubs Haute-Saône Jura Territoire-de-Belfort

 Ile-de-France

Essonne Hauts-de-Seine Paris Seine-et-Marne Seine-Saint-Denis Val-d'Oise Val-de-Marne Yvelines

 Languedoc-Roussillon

Aude Gard Hérault Lozère Pyrénées-Orientales

 Limousin

Corrèze Creuse Haute-Vienne

 Lorraine

Meurthe-et-Moselle Meuse Moselle Vosges

 Midi-Pyrénées

Ariège Aveyron Gers Haute-Garonne Hautes-Pyrénées Lot Tarn Tarn-et-Garonne

 Nord-Pas-de-Calais

Nord Pas-de-Calais

 Normandie

Calvados Eure Manche Orne Seine-Maritime

 Pays de la Loire

Loire-Atlantique Maine-et-Loire Mayenne Sarthe Vendée

 Picardie

Aisne Oise Somme

 Poitou-Charentes

Charente Charente-Maritime Deux-Sèvres Vienne

 Provence-Alpes-Côte d'Azur

Alpes de Haute-Provence Alpes-Maritimes Bouches-du-Rhône Hautes-Alpes Var Vaucluse

 Rhône-Alpes

Ain Ardèche Drôme Haute-Savoie Isère Loire Rhône Savoie
annuaire casino